yeux l’estime et la confiance que chacun devrait avoir a l’égard de soi-même. Celle-ci empêche les défauts, celle-là forme la façon de penser. Il ne saurait donc devenir moralement bon qu’au moyen de la vertu, c’est-à-dire d’une contrainte exercée sur lui-même, quoiqu’il puisse être l’homme privé d’éducation ne sait pas se servir de sa liberté. Nous devons donner aussi une idée systématique de tout le but de l’éducation et de la manière de l’atteindre. par Heinrich Kanz (1) L’éducation est un art dont la pratique a besoin d’être perfectionnée par plusieurs générations. Ses parents, de condition modeste, n'en ont pas moins élevé leur fils de telle façon que celui-ci leur garda un sentiment de « profonde reconnaissance » et assura qu'il n'aurait pu recevoir meilleure éducation morale. d’où il suit qu’on doit aussi les accoutumer à rencontrer de la résistance. sans doute qu’il ait ses moments de récréation, mais il faut aussi qu’il ait ses moments de travail. Un animal est par son instinct même tout ce qu’il peut être ; une raison Elle rend possible la critique de l'éducation, de la formation et de la scolarité. (1784). sensible au sort d’autrui. s’arranger de manière à faire tomber leurs excréments hors de leur nid. De leur côté, les maîtres ne doivent préférer aucun d’entre eux pour ses talents, mais seulement Et c’est justement la discipline qui, selon lui, distingue l’animal de l’homme. - Vois comme tel ou tel enfant se conduit ! Il faut Le devoir de paix tel qu'il se présente aujourd'hui, absolu et d'application universelle, s'imposant à tous les hommes de tous les continents et de tous les temps, on peut à bon droit en situer le fondement historique dans le théorème kantien de l'impératif catégorique, et notamment dans ses incidences sur les activités qui tendent à faire de la dignité humaine une réalité sans réserves, avec pour fin l'établissement de la paix éternelle. S'il admet que l'éducation contemporaine satisfait aux trois premières tâches, il estime et déplore que « nous vivons au temps de la soumission à la discipline, de la culture, de la civilisation, mais nous sommes encore loin de celui de la rectitude morale » (p. 17). 4. Un animal est par son instinct tout ce qu’il peut être. Kant was often ambivalent about the power of philosophy to affect the world. ): Immanuel Kant. Prolegomena zur einer jeden künftigen Metaphysik die als Wissenschaft wird auftreten können (Prolégomènes à toute métaphysique future qui voudra se présenter comme science, 1951.) 14. Lumières = liberté. Il ne peut en effet Quatrièmement, on doit enfin veiller à la moralisation. Il est nécessaire de comprendre ce que l’on apprend ou ce 1798. 15. L’enfant doit apprendre à agir d’après des maximes dont il aperçoive lui-même la justice. Kant fournit une définition exemplaire : « L'entendement est connaissance du général. loi de l’école ne doit passer impunie, mais la punition doit toujours être appropriée à la faute. Édition améliorée en 1800 (L'anthropologie d'un point de vue pragmatique, 1964) 23. faire qu’il échauffe leurs âmes. L’art de l’apparence extérieure est la convenance. Si l'on se réfère à la définition qu'Emmanuel Kant donne de l'éducation, à la fin du xviii e siècle, l'instruction apparaît, à côté « des soins, de la discipline et de la formation [[…] Lire la suite On pourrait dire, pour plus de brièveté, que, en établissant une distinction entre les idées et le matériel de la recherche « empirique », Kant a frayé la voie à l'une des positions fondamentales de la science moderne de l'éducation qui part du principe de la liberté de ses sujets. Il faut autant que possible entretenir ce penchant. J. Ritter, op. Au XVIIIe siècle, la science qui sert de fondement à une réflexion sur l'éducation n'est plus - ainsi qu'elle pouvait l'être pour les philosophes de la Grèce antique - la science politique, mais cette science qui s'interroge sur l'homme lui-même, et son rapport essentiel à la nature, comme l'avait déjà montré Buffon. Qui veut tenter de résumer les préoccupations intellectuelles de Kant en quelques formules lapidaires peut se référer aux questions, universellement connues par la suite, qu'il posa en 1793 : Que puis-je savoir? On ne doit pas avoir l’air de posséder la connaissance de 1795. Les désirs de la seconde sont ceux de la jouissance Les acquis durables de Kant Quelques citations de Kant, qui nous permettent de voir à quoi ressemblerait une école gouvernée selon ses principes. On ne songe alors qu’à mettre sur le compte des autres toutes sortes de cela pourrait m’être contraire ; en été, sur ce qu’il est bon de dormir et que le sommeil m’est alors particulièrement agréable ; et si je « Les enfants doivent avoir aussi un coeur ouvert et un regard rayonnant à l'image du soleil » (p. 47). Elle est passive pour le trouver place en eux que quand l’idée de l’honneur a déjà pris racine. « Il faut respecter saintement le droit de l'homme, dussent les souverains y faire les plus grands sacrifices » (24). La culture morale, en tant qu’elle repose sur des principes, que l’homme lui-même doit apercevoir, est la dernière ; mais en tant qu’elle pour étudier, ou pour faire ceci ou cela, ou pour me promener, je m’excuse ensuite, au printemps, sur ce qu’il fait encore trop froid le matin et que Il faut développer l’amour d’autrui et ensuite tous les sentiments cosmopolites. Un homme qui ment est sans caractère, et s’il y a en lui quelque chose de bon, c’est qu’il le tient de son Le rappel de certaines données de sa carrière professionnelle ayant trait à ce domaine particulier fait clairement apparaître les compétences et l'importance de Kant en matière de pédagogie. Titulaire d'un doctorat en théologie. Dans ses leçons de pédagogie, Kant a formulé encore bien d'autres conseils dignes d'intérêt en matière de pédagogie pratique. Même lorsque la transgression d’un ordre n’est Bien des maîtres sont, il est vrai, contraires à cette idée ; mais cela est très injuste. Der Streit der Facultäter [Querelles d'universitaires] Il est intéressant de comparer les conceptions formulées par Kant au cours des leçons de pédagogie auxquelles il était astreint avec les considérations d'ordre pédagogique formulées dans des ouvrages de la même époque ou plus tardifs, et notamment dans des textes plus ou moins importants traitant d'éthique, d'esthétique, d'histoire, d'anthropologie ou de théologie. Les maximes sont aussi des lois, mais subjectives ; elles dérivent de l’entendement même de l’homme. D'autres traditions pédagogiques, en revanche, mentionnent explicitement l'importance de Kant comme pédagogue. Cette dernière est très Il veut former la jeunesse qui lui est confiée afin qu'elle « acquière un jugement personnel plus accompli à l'avenir » (13). pratique. Dans Die weisse Rose. Qu’il soit plein, non de sentiment, mais de l’idée du devoir. Celui-ci, dans son point 2, appelle toute institution scientifique disposant de spécialistes des questions éthiques et religieuses « à rassembler ses forces créatives afin de les consacrer, unies à celles d'experts d'autres institutions religieuses et éthiques, à l'élaboration de cette éthique mondiale » (41). Elle doit commencer très tôt, dès les premières années ; Or il fait remarquer que cette éducation provient des hommes eux-mêmes, qu'ils s'extirpent eux-même de leur état sauvage. Ainsi, lorsque Kant assigne la liberté comme finalité à l’éducation, il est rousseauiste. Se rendre meilleur, se cultiver soi-même et, si sa nature est mauvaise, faire naître en soi la moralité, tel est le devoir de l'homme » (p. 13). Les vertus sont de pur mérite, ou d’obligation stricte ou d’innocence. Elle a pour but l’habileté et le S'agissant des devoirs envers les autres : « Il faut de très bonne heure enseigner à l'enfant le respect et la considération du droit des hommes » (p. 51). Quiconque s'efforcera de mettre en pratique l'impératif catégorique et sa conception de la personne ne manquera pas d'aborder les problèmes interhumains et internationaux sous l'angle des droits légitimes des différentes parties concernées. La loi considérée en nous s’appelle la conscience. l’attribut essentiel du caractère. The Conseil supérieur de l’éducation (CSE) comprises 22 members – including its President – representing the field of education and other sectors of Québec society.. En effet un homme qui prend une certaine devoir envers soi-même consiste comme il a été dit, à conserver la dignité de l’humanité dans sa propre personne. être plutôt négatives que positives. l’imagination, il faut remarquer une chose, c’est que les enfants ont une imagination extrêmement puissante, et qu’elle n’a pas besoin d’être davantage rang. mais parce que je remplis mon devoir en la faisant. punitions, etc. Mais la discipline est purement négative, car elle se borne à On ne doit pas les rendre difficiles sur leurs jouissances et leur en laisser le choix. Ses derniers mots furent : « C'est bien ». C'est précisément parce que tous les hommes ont « un tel penchant pour la liberté » qu'il faut les « accoutumer de bonne heure à se plier aux prescriptions de la raison » (1963, p. 10) L'homme (terme générique) n'est rien que ce que l'éducation fait de lui. Il faut familiariser les enfants avec cette façon de voir les choses qui réchauffera leur âme. obstacles naturels. didactique (c’est l’œuvre du professeur) ; deuxièmement de la culture pragmatique, qui se rapporte à la prudence (c’est la tâche du à la plus douce de toutes les jouissances de la vie. C’est une confiance modeste en soi-même. travailler. raison. Quelques indications concrétiseront chacune de ces deux approches. conscience à celle des hommes et des châtiments divins, l’estime d’eux-mêmes et la dignité intérieure à l’opinion d’autrui, la valeur intérieure des Si donc je possède de la fortune, je ne la dois qu’au innocent tant que ses passions sommeillent. Il est absurde d’exiger des enfants que l’on punit qu’ils vous remercient, qu’ils vous baisent les mains, Il est nommé professeur en 1977 à l'École supérieure d'éducation à Bonn, et en 1980, professeur d'enseignement général à l'Université rhénane Friedrich-Wilhelm, à Bonn. 27. sa place dans la société, mais qui est capable aussi d’avoir par lui-même une valeur intérieure. En effet, les lumières dépendent de l'éducation et à son tour l'éducation dépend des lumières." avantages de la fortune. Quand ils ne sont pas déjà efféminés, ils aiment réellement les divertissements mêlés de fatigues et les occupations qui exigent un certain L’homme apprend par là à reconnaître que sa bonne conduite seule peut le rendre digne du bonheur. La loi divine doit paraître en même On a pu parler d'une deuxième, d'une troisième et d'une quatrième époque des Lumières dans l'histoire européenne des idées. Un homme vif (strenuus) est celui qui a du plaisir à vouloir. lui prouver que la contrainte qu’on lui impose a pour but de lui apprendre à faire usage de sa propre liberté, qu’on le cultive afin qu’il puisse un jour Ibid., p. 104. enfants à connaître et à prendre à cœur le droit des hommes, cette prunelle de Dieu sur la terre. cit., p. 81. quelqu’un qu’une chose est praticable, comme, par exemple, quand j’exige d’un enfant une certaine tâche et que je lui montre que les autres ont pu la as assez. L'introduction à son oeuvre fins. On ne doit à aucun prix chercher à Lorsque le nombre des années augmente et que le goût du C'est à propos de cette quatrième tâche majeure de l'éducation que Kant manifeste vraiment son originalité, celle qui a été souvent mal comprise en raison d'une application fautive du concept de morale, mais qui comporte le respect d'une future éthique universelle. Ils doivent apprendre à substituer l’horreur de ce qui est révoltant ou absurde à celle de la haine, la crainte de leur propre lorsqu’ils croient pouvoir vous arracher quelque chose par ce moyen ; mais ce qu’ils vous demandent amicalement, donnez-le leur, si cela leur est bon. Rien ne leur est plus funeste qu’une l’humanité. S’il n’aperçoit pas d’abord l’utilité de cette juge ; c’est la morale appliquée à la connaissance de Dieu. On lui a notamment reproché de tourner en rond lorsqu'il déduit le « quoi », c'est-à-dire le contenu éthique, du « comment », à savoir l'impératif catégorique. d’autrui. Nos écoles manquent presque entièrement d’une chose qui serait cependant fort utile pour former les enfants à la loyauté, je veux dire un catéchisme du La religion, qui est fondée simplement sur la théologie, ne saurait contenir quelque chose de moral. En cette qualité il analysa les oeuvres de Newton, de Hume surtout Rousseau, qui, selon ses propres termes, le mit « sur le droit chemin », et provoqua chez lui une « révolution de la réflexion ». De notre point de vue actuel, on peut distinguer le Kant des philosophes professionnels (4), le Kant du monde scientifique (5) et le Kant des chercheurs de l'éducation et des pédagogues (6). Les cantiques, les prières, la fréquentation des églises, toutes ces choses ne doivent servir qu’à donner à l’homme de Tout d'abord : I. Kant, Werke in zehn Bänden [Œuvres en dix volumes] [Œuvres en dix volumes] (Wilhelm Weischedel, dir. perte de l’estime est la seule punition qui convienne au mensonge. Citons en particulier, outre ces classiques que constituent les trois Critiques : « Idée d'une histoire générale pour un citoyen du monde » (Berlinische Monatsschrift, 1784), « Conjectures sur le commencement de l'histoire humaine » (ibid., 1786), « Qu'est-ce que les Lumières? La solidité doit être la qualité de l’habileté et tourner insensiblement en habitude dans l’esprit. du sexe (ou de la volupté), de celle des choses (ou du bien-être) et de celles de la société (ou de la conversation). a pas dans les dispositions naturelles de l’homme de principe du mal. Elle a bien plutôt besoin d’être gouvernée et soumise à des règles, mais il ne faut pas pour cela la laisser Il proteste, le 22 mai 1942, contre l'image, évoquée plus haut, que donne Spranger du roi de Prusse Frédéric II : « Faut-il qu'un peuple soit petit pour qualifier de grand Frédéric II! Il y a beaucoup de points sur lesquels il n’est pas nécessaire que les enfants exercent leur esprit. Ici tout dépend de la pratique et de la discipline, sans que l’enfant ait besoin de connaître aucune maxime. comme des besoins indispensables. Ils devraient au contraire leur donner une éducation meilleure, afin qu’un meilleur état en pût sortir dans l’avenir. Aussi l’humilité n’est-elle proprement autre chose qu’une comparaison de sa valeur avec la perfection morale. 1. 7. Œuvres d'Immanuel Kant Kant lui-même croyait, dans sa Critique de la raison pure de 1781 (II. plaisir dans le bien. Si l’on examine l’éducation des enfants dans son rapport avec la religion, la première question est de savoir s’il est possible d’inculquer de bonne 12. Nous pouvons maintenant donner une définition plus complète et synthétique du devoir : il désigne l’obligation morale autonome, la nécessité d’accomplir une action par respect pour la loi universelle, l’impératif ordonnant sans condition – Tel est le concept de devoir, central dans la philosophie de Kant. Bien des enfants ont un penchant pour le mensonge, qui n’a souvent d’autre cause qu’une certaine vivacité d’imagination. 6, 1954, no 2, p. 49-55. Ce principe est d’une grande importance. reçoit de ses diverses générations. On devrait en même temps instruire la jeunesse à découvrir le bien dans le mal, en lui montrant, par exemple, dans les animaux de proie et dans (Réimpression de l'édition de 1912). Une action doit m’être précieuse, non parce qu’elle s’accorde avec mon penchant, définition de l’éducation, Ellen G. White dit que le processus éducatif « comprend tout l’être». Signalons, enfin, les éditions fondamentales de l'Académie: I. Kant, Gesammelte Schriften (oeuvres complètes) (sous la direction de Preussische Akademie der Wissenschaften, vol 1-22; de Deutsche Akademie zur Berlin, vol. « En effet, et bien que l'homme agisse comme un être de chair et d'os, il n'est pourtant pas un instrument de l'arbitraire mais, confié -- en liberté et en raison - à sa propre responsabilité, il est à lui-même sa propre fin. la fin, Pour ce qui est de la culture de l’esprit, que l’on peut bien aussi d’une certaine manière appeler physique, il faut surtout prendre garde que la trompent ordinairement ici, et croient pouvoir plus tard réparer le mal, en refusant à leurs enfants tout ce qu’ils demandent. Mais depuis Kant, ce terme exprime, à tous les niveaux de culture générale en Allemagne, l'idée que « tout être humain est une fin en soi », c'est-à-dire indépendamment de sa classe sociale, de ses idées, de sa religion, de sa race, de sa nationalité, etc., et indépendamment de tous les obstacles présents sur son chemin, tout homme est, dès le début de son existence, un être ayant une dignité et des droits intrinsèques.